Hejmara tîrmeha 2020î

WE GOT «PERGALÎ Û SÎSTEMÎK»?

Serge Halimi

Wenedig

Şirketên navneteweyî yên amerîkî gelek caran serî li fîlantropiyê didin an go xwe mirovhev, dilovan û xêrxwaz nîşan didin ji bo veşartina sextekariyên ku xwe pê zengîn kirine. Ji meha gulana dawî ve, ew ji ber vê yekê bi milyonan dolar direşînin ser hesabên komeleyên afro-amerîkî, ku komeleya Black Lives Matter jî yek ji wan e. 

KURDÊN ROJAVA; GELO DÊ BIKARIBIN BI HEV RE BI SER KEVIN Û DÎROKÊ BINIVISÎN?

Çetin Çeko

Nexşe-Suri-2020

PYNK (Partîyên Yekîtîya Niştimanî ya Kurdî) -ku PYD (Partîya Yekitîya Demokratîk) jî di nav de ye-, ENKS (Encûmena Niştimanîya Kurdî li Sûriyeyê) û nûnerê DYA 


URWene

PLANKIRINA LI GORÎ SAETA SOVYETÎ

Hélène Richard

Di encama şewba cîhanî Covid-19de, fikra plansazîya aborî dîsa di raya giştî de bû mijara guftugoyê. Lê belê ji ber îmaja xwe ya totalîterîya stalînîst, ew ancax wekî modeleke çavtirsîner hebûna xwe didomîne.

Kahire

ÇAVBIRÇÎTÎYA ARTÊŞA MISRÊ

Jamal Bukhari / Ariane Lavrilleux

Ji desthilatdarbûna Maraşel Abdufattah Al-Sissi ya 2013an heya niha, Artêşa Misrê qaşo bi berbifirehbûneke aborî ya bê sînor ve mijûl dibe. Li her derê bi hezaran şantîyeyên curbicur îdare dike û peymanên rayê yên ku zirarê didin şirketên dewletê û yên taybet yekdest dike. 

solana

VEGERA "WEZARETA KOLONÎYAN" A AMERÎKÎ

Guillaume Long

K20ê adara bihurî jinûvehilbijartina sekreterê giştî yê Rêxistina Dewletên Amerîkî (RDA) Luí Almagro, hewaya şerê sar ê ji çend salan ve li Amerîka Latîn bi cih ... 


ENCAMA "ŞOREŞA ÇILEYA PÊŞÎ" YA SÛDANÊ  ÇI YE?

Gilbert Achcar

Xartûm bajarek e ku wekî zincîrê bi ser hev de tê û her xelek ya din diçilmisîne: Bakurê Afrîkayê û Afrîkaya binê Sehrayê, vegera li eslê xwe û erebbûna kêm û zêde qemirî, bajarvanî û gundewarbûn, xweşhalîya nisbî û perîşanîya mezin.

Sudan-revolt

Vegirtina okyanûsên cemseran

JEOPOLÎTÎKA QEŞAŞKÊNÎYÊ

Philippe Descamps & Sandrine Baccaro

Okyanûsên Bakur û Başûr dilbijîyeke peyderpey mezintir diafirînin. Helîna qeşayê ya di demsala havînê de li Bakur ji niha ve li ber çavan dikeve, dikare rêyên mezin .

.

Qeşaşkeni


ji_capameni_cihan

DI SERÊ RÊVEBEREKÎ SOR DE...

Hélène Richard

Nîsan 1976. Dema gilyazan tîne bîra M. Anatolî Petrov (nav û rewşa xeyalî) ku divê ew wezîfeya xwe ya demsalîyê bi cih bîne: eşkerekirina ji wezareta çavdêrîyê re hedefên xwe yên hilberîna ji bo sala bê. 

DEWLETA STRATEJÎST DIPELIŞE

Barnabé Binctin & Pierre Duquesne

Di plana xwe ya rizgarkirinê de, hikûmet roleke sereke dide Sazîya Depozît û Sewqîyatê ku tê payîn 1,6 milyar ewro razîne qada lîstik û şahîyan. Lê belê gelo ev sazîya diravî ya gelemperî bi rastî jî hertim...

ŞERÊ LI SER MADEYÊN NADÎR WÊ RÛ BIDE?

Camille Bortolini 

Çînê, herçendî wekî xwedî monopola madeyên nadîr ango kêmdîtî yên zarûrî ji bo hilberîna berhemên teknolojîya bilind xuya dikir jî, di 2018 û 2019an de ji îxrackirina wan bêhtir îtxelata ...

Wenedig

Dı navbera hıkûmetan û dêwên newala Sılîkonê de peyman

DU RÛYÊN SANSURÊ

Félix Tréguer 

Dewlet û şirketên pirneteweyî yên dîjîtal bi rêkûpêk xwe wekî berevan destnîşan dikin; yê yekem ji bo sererastkirina yê duyem ê ku bi qanûnan dilîze tevdigere.  

Seriyen-Çiya

BALYOZ Û PEYAYÊN CÎHANA AZAD

Serge Halimi

Di serî de cih û pozîsyona îdeolojîk ya Gerard Araud pir bi hêsanî xuya dikir. (1) Balyozê  Tel Avîvê û paşê jî yê Waşîngtonê, di serî de ji bo qewîkirina têkilîyên di navbera Fransa û Îsraîlê de ...

Walid-Siti

 

Wênesazê vê hejmarê

WALID SITI

Walid Sitî [Welîd Sitî], di sala 1954an de li Başûrê Kurdistanê li bajarê Duhokê ji dayik bû. Piştî ku di sala 1976an de Enstîtuya Hunerên Bedew a Bexdayê xelas kir, ji welêt derket, da ku perwerdehîya xwe ya hunerî li bajarê Ljubljana yê ...

HEJMAR - 53 WÊNEYÊN WALID SITI

  Benav   Çiya-Siti   holland  Walid-Siti se-ciya

 

Pour Julian Assange

Surtitle Test 1

Écouter cet article
3:52 • Lu par Arnaud Romain
Télécharger le fichier mp3 Toutes les lectures

Fier comme Artaban, souriant, entouré d’une cinquantaine de photographes et de cadreurs, Jim Acosta a opéré, le 16 novembre dernier, son retour en fanfare à la Maison Blanche. Quelques jours plus tôt, il avait perdu son accréditation de correspondant de Cable News Network (CNN), mais la justice américaine a obligé le président Donald Trump à annuler la sanction. « C’était un test, et nous l’avons passé avec succès, a fanfaronné Acosta. Les journalistes doivent savoir que, dans ce pays, la liberté de la presse est sacrée, et qu’ils sont protégés par la Constitution [pour] enquêter sur ce que font nos gouvernants et nos dirigeants. » Fondu enchaîné, musique, happy end…

Réfugié depuis six ans à l’ambassade d’Équateur à Londres, M. Julian Assange n’a sans doute pas pu suivre en direct sur CNN un dénouement aussi émouvant. Car son existence à lui ressemble à celle d’un prisonnier. Interdiction de sortir, sous peine d’être arrêté par les autorités britanniques, puis, sans doute, extradé vers les États-Unis ; communications réduites et brimades de toutes sortes depuis que, pour complaire à Washington, le président équatorien Lenín Moreno a résolu de durcir les conditions de séjour de son « hôte » (lire « En Équateur, le néolibéralisme par surprise »).

La détention de M. Assange ainsi que la menace de quelques dizaines d’années de prison dans un pénitencier américain (en 2010, M. Trump avait souhaité qu’il soit exécuté) doivent tout au site d’information qu’il a fondé. WikiLeaks est à l’origine des principales révélations qui ont indisposé les puissants de ce monde depuis une dizaine d’années : images des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak, espionnage industriel des États-Unis, comptes secrets aux îles Caïmans. La dictature du président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali fut ébranlée par la divulgation d’une communication secrète du département d’État américain qualifiant cette kleptocratie amie de Washington de « régime sclérosé » et de « quasi-mafia ». C’est également WikiLeaks qui révéla que deux dirigeants socialistes français, MM. François Hollande et Pierre Moscovici, s’étaient rendus, le 8 juin 2006, à l’ambassade des États-Unis à Paris pour y regretter la vigueur de l’opposition du président Jacques Chirac à l’invasion de l’Irak.

Mais ce que la « gauche » pardonne moins que tout à M. Assange, c’est la publication par son site des courriels piratés de la campagne de Mme Hillary Clinton. Estimant que cette affaire a favorisé les desseins russes et l’élection de M. Trump, elle oublie que WikiLeaks a alors dévoilé les manœuvres de la candidate démocrate pour saboter la campagne de M. Bernie Sanders durant les primaires de leur parti. À l’époque, les médias du monde entier ne s’étaient pas privés de reprendre ces informations, comme ils l’avaient fait pour les précédentes, sans pour autant que leurs directeurs de publication soient assimilés à des espions étrangers et menacés de prison.

L’acharnement des autorités américaines contre M. Assange est encouragé par la lâcheté des journalistes qui l’abandonnent à son sort, voire se délectent de son infortune. Ainsi, sur la chaîne MSNBC, l’animateur-vedette Christopher Matthews, ancien cacique du Parti démocrate, n’a pas hésité à suggérer que les services secrets américains devraient « agir à l’israélienne et enlever Assange »…

Serge Halimi

Audio
Pour Julian Assange - Écouter cet article - Lu par Arnaud Romain
Video

Pourquoi maintenant ?

Translator

Voilà longtemps qu’un mouvement social n’avait pas à ce point inquiété les gouvernants. L’ampleur, la durée et la détermination de celui des « gilets jaunes » les ont désagréablement surpris. Ils ont également été déstabilisés par son hétérogénéité en matière d’intérêt pour la politique, d’activité professionnelle, de lieu de résidence et d’orientation partidaire. Il n’est pas imputable à des organisations politiques ou syndicales traditionnelles : il rassemble diverses composantes de ce que le pouvoir nomme la « majorité silencieuse », au nom de laquelle il prétend s’exprimer et dont il n’attend d’autre mobilisation que le vote.

L’ouvrage classique du politiste américain Barrington Moore offre des pistes pour expliquer le surgissement de ce mouvement largement spontané et faiblement coordonné. Écrit dans un contexte où des universitaires cherchaient à comprendre les grandes vagues de contestation des années 1960-1970 aux États-Unis, il opère un changement de perspective. À la question : « Pourquoi les gens se révoltent-ils ? » il substitue celle-ci : « Pourquoi ne le font-ils pas plus souvent ? » Quand ses confrères évoquent le poids des inégalités économiques ou celui de la domination raciale, Moore réplique que ces facteurs demeurent dramatiquement constants tout au long de l’histoire, sans pour autant provoquer de soulèvements. S’ils constituent des éléments nécessaires de la révolte, il lui apparaît donc difficile d’en faire une causalité.

À partir d’une étude richement documentée sur les ouvriers allemands entre 1848 et la fin des années 1930, l’auteur recherche les raisons pour lesquelles ces derniers s’accommodaient ordinairement d’un ordre social et politique qui leur était défavorable, ainsi que les conditions qui les amenaient, plus exceptionnellement, à le rejeter. Sa principale conclusion est que la stabilité repose essentiellement sur les contreparties concédées par les dominants aux dominés : « Sans le concept de réciprocité — ou mieux, d’obligation morale, un terme qui n’implique pas l’égalité (...)

Images
Image